11 Jan, 2021
Séminaire · Rob’Autisme : la frontière entre intervention associative, soin et recherche revisitée à l’aune des interactions humains-robots

Piloté par le groupe de travail Éthique, Droit, Libertés – Mardi 19 janvier 2021

Intervenant : Rénald Gaboriau

Renald Gaboriau est orthophoniste. Pendant plusieurs années, il a animé, au CHU de Nantes, un atelier sonore auprès de jeunes autistes. Le 23 septembre 2020, après avoir travaillé au sein de l’équipe ReV, il soutient sa thèse intitulée « Les ateliers Rob’Autisme : le robot extension comme médiation thérapeutique auprès des personnes présentant un trouble du spectre autistique ».

Résumé de thèse : L’utilisation des robots comme médiation thérapeutique pour les personnes présentant un Trouble du Spectre Autistique (TSA) est une pratique en plein essor. C’est en effet une méthode encourageante pour favoriser le développement de compétences sociales. De nombreuses expériences sont actuellement menées. Cependant, dans toutes les approches existantes, le paradigme du robot-compagnon est utilisé : le robot est programmé pour présenter des comportements pré-établis. Le projet Rob’Autisme propose une approche alternative : le robot est utilisé comme extension pour faire ou dire des choses. Les sujets présentant un TSA le programment et, par son truchement, agissent librement sur leur environnement social. De plus, ce projet inclut l’idée qu’ils pourront ensuite interagir avec les autres sans le robot. Cette thèse vise à comprendre l’intérêt de cette approche et évaluer les effets de la participation sur les interactions sociales. Durant deux ans, des groupes avec six adolescents ont été organisés et analysés à partir de méthodes quantitatives et qualitatives. Ces analyses montrent que cette approche favorise la tendance à aller vers les autres et interagir avec eux. Ce résultat est en outre généralisé à l’extérieur.

Discutante : Fabienne Cazalis

Fabienne Cazalis est chargée de recherches en sciences cognitives au CNRS et est affiliée au Centre d’Analyse et de Mathématique Sociales, CNRS-EHESS. Elle dirige la première grande étude francophone sur les femmes autistes : le projet f-MACA, Mapping Autistic Cognitive Abilities, dont le protocole a été conçu par une étudiante autiste. Fabienne est également conceptrice de la start-up Collective science qui veut outiller les recruteurs pour mieux repérer les talents issus de la diversité cognitive.

Séminaire · Le dispositif Hopsyweb

Organisé par le groupe de travail Éthique, Droit, Libertés - Jeudi 25 mars 2021 Intervenante : Lisa Carayon Lisa Carayon est juriste, maitresse de conférences à l'Université Paris 13 et membre de la CIMADE et du GISTI (associations de solidarité avec les personnes...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *